Vous êtes ici : Accueil > Brèves >

Je ne suis plus actif sur www.debats-science-societe.net.

Vous avez aimé mon travail ici ?

Rejoignez-moi sur www.sciences-et-democratie.net !

Nous y parlerons nanotechnologies, OGM, démocratie participative et débat public, bioéthique et bien d'autres sujets encore.

Et pour des prestations intellectuelles liées au débat science-société, voyez www.participandco.fr...

Philippe Bourlitio

Visitez le site de débats de Sciences et Démocratie

Ces grêves qui nous rendent malades !

Philippe BOURLITIO. 20 décembre 2008.

Qui n'a pas eu une violente envie d'expliquer aux grévistes de la SNCF à quel point ils nous insupportent quand on doit attendre de trop longues minutes sur un quai balayé par un vent glacial, pour finalement se retrouver tassé pire qu'un animal de bétail en route pour l'abattoir, après une lutte au corps à corps pour parvenir à entrer dans ce fichu train ? Qui l'a réellement fait ? Qui est passé de l'envie à l'acte ? Certainement une très faible minorité d'entre nous.

En fait, ce n'est pas du tout le sujet de ce texte, de ce billet comme on l'appelle chez les blogueurs. Parce que finalement, une fois cette épreuve passée, on rentre chez soi, bien tard, se remettre de ses émotions et reprendre une vie normale en se disant qu'ils doivent avoir de bonnes raisons de la faire, cette grêve... Avez-vous d'ailleurs remarqué comme, finalement, on fait contre mauvaise fortune bon coeur, ces jours-là ? On est en moyenne plus courtois que d'habitude. Bon, il y a toujours quelques énervés qui se trompent de cible et vous engueulent parce qu'ils estiment que s'ils n'arrivent pas à rentrer dans le wagon, c'est de la faute de ceux qui y sont déjà et qui mettent une mauvaise volonté évidente à se serrer un peu plus. Avant hier, troisième jour de la grêve SNCF sur la ligne B du RER, le pire des trois (sans doute parce que non annoncé), un aspirant voyageur criait à la cantonnade : "Eh ! Il est sorti 15 personnes de ce wagon, on ne peut pas rentrer, faites un effort !". Poliment, je m'excusais au nom de mes co-galériens : "Pardon, nous avons juste rempli d'air nos poumons, nous étions en apnée depuis la station précédente".

En fait, quand je titre sur "ces grêves qui nous rendent malades", c'est au sens propre qu'il faut le comprendre. Il est en réalité question de la crève qu'on a attrapée ce jour de grêve et qui se déclare environ 72 heures après. Voilà deux années de suite que je le remarque : je suis effectivement malade trois jours après. Et quoi de plus naturel ? Après un bon coup de froid sur le quai, on se retrouve dans une situation de promiscuité hallucinante, en pleine saison de grippes, d'angines et autres réjouissances hivernales. Une raison de plus de prendre en grippe les agents de la SNCF et de la RATP, me direz-vous. Je vous propose de réfléchir autrement à ce problème de grêves. Il y aurait peut-être un terrain d'entente à trouver. Si la volonté des grévistes est de mettre la pression sur leur direction pour on ne sait quelles raisons, nous, voyageurs, avons peut-être un rôle à jouer pour accélérer leurs négociations (et abréger nos souffrances) ? Imaginez qu'existe un recours juridique et que soit reconnu le préjudice ? Si tous les voyageurs malades et ayant ramené un gentil petit virus à la maison, contaminant le reste de la famille, venaient réclamer leur dû... D'une manière générale, si on venait réclamer un dédommagement pour les divers dommages collatéraux subis... Ou peut-être devrait-on simplement attaquer pour non respect de la dignité humaine. Car même les animaux dont je parlais en introduction ont droit à plus de respect.

Pardonnez cette envolée lyrique : la fièvre me fait délirer...

brève suivante : Grand débat national sur la bioéthique : faites circuler l'information !
brève précédente : Non aux tests ADN pour le regroupement familial
toutes les brèves

Vos réactions

0 commentaire

Ajouter un commentaire

En développant ce site, j'aime à croire que j'½uvre à l'intérêt collectif. Mais je n'ai pas la prétention de détenir les réponses aux questions abordées ici. Je souhaite surtout faciliter l'échange des idées. C'est pourquoi l'intérêt de ce site dépend aussi de vous. Participez au débat, n'hésitez pas à donner votre avis, à signaler une lacune, une erreur... Une simple note à ce document, à l'aide du formulaire ci-contre, sera déjà une information utile. Pour suivre une discussion, pensez aux fils RSS.





* votre adresse électronique ne sera ni diffusée ni affichée sur le site.

Vous indiquez votre adresse électronique pour :
être automatiquement averti par courriel des nouveaux commentaires sur cette page (desinscription sur demande par simple courriel à cette adresse). Solution alternative : les fils RSS.
uniquement donner la possibilité au webmaster de vous contacter.


Répondez en français, en minuscules, avec les accents quand il y en a.


Mode d'emploi

La rubrique « Brèves » propose actualités et réflexions dans le but d'informer, mais aussi d'amorcer les débats. Toute discussion constructive qui y prendra corps pourra donner naissance à un dossier où les idées seront organisées et développées. Dans le cas où un dossier existe déjà, il est indiqué dans la rubrique « Thèmes associés » de la brève.

Appréciation du document

Note actuelle : bon bon (nb votes : 1)

Participez à l'amélioration du site en notant ses articles. Vous avez trouvé celui-ci :





Voir le Best-Of

Thèmes associés

Prolongez votre visite

Retrouvez toutes les nouveautés du site d'un seul coup d'½il sur la page d'accueil

À propos du site, vous pourrez comprendre et discuter ses objectifs, sa méthode, ses choix éditoriaux...

Liens externes