Vous êtes ici : Accueil > Brèves >

Je ne suis plus actif sur www.debats-science-societe.net.

Vous avez aimé mon travail ici ?

Visitez www.sciences-et-democratie.net ! Nous y parlons nanotechnologies, OGM, démocratie participative et débat public, bioéthique et bien d'autres sujets encore.

Et pour des prestations intellectuelles liées au débat science-société, voyez www.participandco.fr...

Philippe Bourlitio

Visitez le site de débats de Sciences et Démocratie

Points de vue d'arrière-garde sur le principe de précaution

Philippe BOURLITIO. 22 juin 2007.

J'ai assisté hier à un débat intitulé « Principe de précaution : concilier innovation et prévention ? » au Musée des Arts et Métiers. Les intervenants étaient Pascale Briand, directrice générale de l'Afssa, François Ewald, professeur au CNAM et David Ménascé, consultant sur l'éthique et la responsabilité sociale des entreprises chez First&42nd.

Tout a bien commencé, avec un historique du principe de précaution par François Ewald, sans parti pris notable. Pascale Briand a ensuite relaté la gestion du risque dans le cas d'influenza aviaire. Là encore, rien à redire.

C'est avec l'intervention de David Ménascé que les choses ont commencé à se gâter. Celui-ci déplorait la défiance du public à l'égard des travaux menés par les industriels pour démontrer l'innocuité de leurs produits. Mon point de vue là-dessus est qu'ils ne l'ont pas volé. David Ménascé a d'ailleurs consenti que la communication abusivement rassurante de certaines entreprises, ajoutées aux affaires sanitaires passées, n'y étaient pas étrangères. Mais ce monsieur semble encore croire (ou du moins a-t-il intérêt à la croire pour toucher son salaire) que la situation est réversible...

La dissonance entre le discours tenu par ces intervenants et ce que j'entends habituellent a franchi un cran supplémentaire lorsque François Ewald a été interrogé sur sa position contre l'inscription du principe de précaution dans la Constitution alors qu'il était membre de la commission Coppens chargée de préparer la Charte de l'environnement. Pour lui, cette institutionnalisation a introduit un déséquilibre, donnant trop de pouvoir aux acteurs de la société civile par rapport aux pouvoirs publics. Là encore, je ne suis pas d'accord. Il me semble qu'il inverse le cours des choses. Je crois au contraire que l'institutionnalisation du principe de précaution n'est que la conséquence de la montée en puissance de cette société civile sur les controverses socio-techniques, elle-même trouvant naissance dans la crise de confiance introduite par les crises sanitaires successives et par la mauvaise attitude des pouvoirs publics dans le traitement de certains de ces dossiers. Et personnellement, je n'ai pas non plus attendu le principe de précaution pour m'impliquer, quittant une carrière débutante d'enseignant pour l'animation du débat... Loin de le déplorer, ce « contre-pouvoir » m'apparaît désormais comme une nécessité.

Finalement, ce qui m'a le plus heurté dans ce "débat", ce n'est pas tant que certaines personnes défendent l'innovation d'une façon aussi caricaturale. Car le principe de précaution ne doit pas étouffer complètement l'innovation. C'est bien plus l'existence de telles « rencontres » où, faisant fis de toute démarche contradictoire, on impose au public une vision unique d'un problème et qu'on oblitère totalement la controverse. En l'absence de personnes plus rodées que moi à l'échange d'arguments, j'ai finalement pris la parole pour essayer de faire entendre un autre son de cloche... Mais j'étais vraiment étonné d'être le seul à réagir dans cette séance. Pour peu, je me prenais pour David Vincent. La faute à la fête de la musique ?

Quoi qu'il en soit, j'invite ceux qui souhaitent participer à une discussion constructive sur la manière d'appliquer intelligemment le principe de précaution à se rendre sur la page dédiée à ce sujet sur le site www.sciences-et-democratie.net que j'anime. À bientôt...

brève suivante : Débat MDE : conclusions provisoires avant travaux
brève précédente : Condamnation de faucheurs d'OGM
toutes les brèves

Vos réactions

0 commentaire

Ajouter un commentaire

En développant ce site, j'aime à croire que j'½uvre à l'intérêt collectif. Mais je n'ai pas la prétention de détenir les réponses aux questions abordées ici. Je souhaite surtout faciliter l'échange des idées. C'est pourquoi l'intérêt de ce site dépend aussi de vous. Participez au débat, n'hésitez pas à donner votre avis, à signaler une lacune, une erreur... Une simple note à ce document, à l'aide du formulaire ci-contre, sera déjà une information utile. Pour suivre une discussion, pensez aux fils RSS.





* votre adresse électronique ne sera ni diffusée ni affichée sur le site.

Vous indiquez votre adresse électronique pour :
être automatiquement averti par courriel des nouveaux commentaires sur cette page (desinscription sur demande par simple courriel à cette adresse). Solution alternative : les fils RSS.
uniquement donner la possibilité au webmaster de vous contacter.


Répondez en français, en minuscules, avec les accents quand il y en a.


Mode d'emploi

La rubrique « Brèves » propose actualités et réflexions dans le but d'informer, mais aussi d'amorcer les débats. Toute discussion constructive qui y prendra corps pourra donner naissance à un dossier où les idées seront organisées et développées. Dans le cas où un dossier existe déjà, il est indiqué dans la rubrique « Thèmes associés » de la brève.

Appréciation du document

Note actuelle : moyen moyen (nb votes : 2)

Participez à l'amélioration du site en notant ses articles. Vous avez trouvé celui-ci :





Voir le Best-Of

Thèmes associés

Prolongez votre visite

Retrouvez toutes les nouveautés du site d'un seul coup d'½il sur la page d'accueil

À propos du site, vous pourrez comprendre et discuter ses objectifs, sa méthode, ses choix éditoriaux...

Liens externes